Plus de cinq milliards de pesos
 (plus de 100 millions de 
dollars américains) sont dépensés 
chaque année par le Gouvernement 
dominicain pour des femmes haïtiennes 
qui viennent accoucher
 en République Dominicaine 
a révélé le Dr Nelson 
Rodriguez Monegros, Directeur de l'information du Service National 
de la Santé (SNS).

Tout en reconnaissant que la santé est un droit universel, que les personnes qui demandent un service doivent être assisté se dit préoccupé de la façon dont les femmes enceintes viennent d’Haïti pour accoucher gratuitement dans les Centres de santé dominicains, en passant par des réseaux mafieux composés de dominicains et d’haïtiens qui font commerce de leur service…

Il explique qu’il n’est pas rare que des femmes enceintes en provenance d’Haïti se présentent en groupe le même jour « Le fait que 10 femmes haïtiennes, avec une grossesse à terme, se présentent en même temps dans un Centre de santé, n’est pas le fruit du hasard, mais implique une structure organisée qui apporte un soutien à ces femmes » ajoutant que souvent le Centre n’a pas la capacité d’accueil suffisante ce qui oblige de transporter ces femmes dans d’autres Centres…

Rodríguez Monegro révèle qu’entre 80 et 90 % des naissances dans les hôpitaux et les Centres de santé de la région frontalière sont d’origine haïtienne, soulignant que la plupart des mères après l’accouchement, restent vivre illégalement sur le territoire dominicain.

Le Dr. Monegro a lancé un appel aux forces armées et la Direction Générale de l’immigration pour renforcer les contrôles et les règlements « parce que quand un étranger démuni vient dans nos hôpitaux, nous n’avons pas d’autre choix que de donner les services pour des raisons humanitaires, mais les coûts ne sont plus supportables. »

Publicités