Convocation immédiate par la commission Spéciale d’enquête du Senat:

Latortue/ Beauplan .-Dossier Petro-Caribe rebondissement. Laurent Lamothe, Wilson Laleau, Bellerive, Duvivier, Evans Paul, Ronsard Saint-Cyr, Castel Charles… toute une cohorte d’anciens gestionnaires des Fonds de Petro Caribe seront entendus par la Commission Spéciale d’Enquête du Sénat du 4 au 21 juillet. Est-ce un pas pour que la vérité soit finalement établie sur le gaspillage de ces fonds ou un objectif visé à but inavoué et inavouable ?

par Claudy Briend Auguste

Souventefois, pour se rendre à l’évidence le chemin peut s’avérer difficile et compliqué et au temps où des pays font de gros efforts pour assainir leurs finances publiques, chez nous, venir avec une Commission Spéciale d’Enquête pour améliorer l’ordinaire n’a rien d’extraordinaire. Parmi les personnalités convoquées par cette Commission Spéciale d’Enquête du Sénat, à compter du mercredi 28 juin jusqu’au 21 juillet 2017, plusieurs sont encore en poste dans le gouvernement Tèt Kalé 2 qui assure la continuité « rénovée » de Tèt Kalé 1 dont les membres, par exemple Wilson Laleau, Ronsard Saint-Cyr sont directement concernés par l’effondrement des Fonds de Petro Caribe.

Dans le cadre de l’enquête en cours, écrit le Sénateur Evallière Beauplan, de la Commission Spéciale d’Enquête élargie, suite au rapport de la Commission-Latortue, un rapport que plus d’un croyaient être un dossier classé vu l’impunité régnant dans ce pays, un calendrier définitif de ses travaux et activités est établi sur un échelon d’un mois. Ainsi, a poursuivi M. Beauplan, que plusieurs personnalités concernées par la gestion des Fonds de Petro Caribe seront auditionnées.

Afin de faire luire toute la lumière sur la gestion des Fonds de Petro Caribe, c’est en tout cas le premier objectif que dit « visé » le Sénateur Beauplan qui fait rebondir mardi soir le dossier Petro Caribe établi par la Commission-Latortue, en août 2016 dernier. Tout en reconnaissant le déficit de crédibilité dont jouit à tort nos institutions, la Commission Spéciale d’Enquête espère fortement contribuer à projeter une meilleure image des institutions républicaines du pays, souligne Dr. Beauplan dans sa correspondance adressée au sénateur Youri Latortue, président de l’Assemblée nationale.

Entre autres des séances de travail qui débutent mercredi 28 juin avec les actuels dirigeants de BMPAD et des cadres du Ministère des Finances, il faut attendre le mardi 4 juillet prochain pour assister aux premières auditions des personnalités concernées. La commission qui n’a tout de même pas spécifié si des sanctions seront prises à l’encontre des anciens ou actuels cadres de l’administration publique boudant éventuellement les invitations, aura Michel Lecorps et Eustache Saint-Lot dans le box des présumés accusés.

L’ex-Premier-ministre Jean-Max Bellerive qui était sorti au créneau pour dénoncer le rapport de la Commission-Latortue allant même jusqu’à recommander une action publique en mouvement contre sa personne, sera entendu le 5 juillet. Cet ancien PM de René Préval, les deux très éberlués par l’ampleur du séisme du 12 janvier 2010, croisera probablement dans les couloirs du Parlement le même jour, l’ex-PM Michèle Duvivier Pierre-Louis et Yves Dorsainvil.

Le 6 juillet, Jean-Max Bellerive devrait revenir au Bicentenaire, selon le calendrier établi par Evallière Beauplan. Mais cette fois-ci, l’ex-PM qui co-parrainnait les fonds de reconstruction d’Haïti avec l’américain Bill Clinton, un autre mystère qui reste à élucider un jour, aura ses chiffres comparus avec ceux de Ronald Beaudin et Jacques Gabriel convoqué à cet effet.

Le Dr. Garry Conille qui s’est effacé de la scène politique du pays tout comme il était totalement un inconnu avant d’être le premier des 3 Premier-Ministres de Martelly, en 2011, sera auditionné le 11 juillet par la Commission Spéciale d’Enquête. On connaît presque déjà sa réponse, Michel Martelly, à sa démission forcée, aurait fait antidater des contrats signés gré-à-gré.

Deux des cinq personnalités de l’ancien régime Tèt Kalé 1 qui sont supposés apparaître le 12 juillet 2017, par devant la Commission Spéciale d’Enquête, sont de gros bonnet, de grosses pointures. Il s’agit de Wilson Laleau, ancien fugitif et actuel poids-lourds au Palais national au côté du président Jovenel Moise et l’ex-PM Laurent Lamothe, le commanditaire des lampadaires, un projet jugé sans avenir par les riverains de Port-au-Prince, depuis les installations des premières lampes. Le second aurait des ambitions politiques; « Destination 2022 » tout comme un autre personnage puissant de l’État haïtien. C’est à partir de là que découle notre interrogation. A quelles fins ces auditions ?

Les 3 autres personnages répondent au nom de Marie Carmelle Jean-Mary, Jacques Rousseau et Gauthier. Ils seront au total les 5 à être auditionnés ou ré-auditionnés, le mercredi 12 juillet, mais cette fois-ci devant une Commission Spéciale d’Enquête.

L’homme qui a les oreilles du président Moise, l’ex-ministre de l’Économie et des Finances et du Commerce, M. Wilson Laleau, au lendemain du 12 juillet, devrait retourner s’asseoir devant la Commission pour débattre à fond de la question des fonds de Petro Caribe dont il ne reste presque rien dans les caisses pour de grands projets à haute intensité de main-d’œuvre. Un tarissement qui a, en partie, occasionné la hausse des prix des produits pétroliers à la pompe.

Nommé Premier-ministre en janvier 2015 sans passer par le Parlement, M. Evans Paul qui avait crié au scandale et aux persécutions politiques quand Danton Léger voulait s’enquérir davantage sur l’effondrement des fonds de Petro Caribe, sera auditionné le jeudi 13 juillet 2017 par la commission dont dirige le sénateur du Nord’Ouest Evallière Beauplan, proche de la mouvance Lavalas. Un parti qui n’est pas étrange aux maux que confronte actuellement le pays.

En lice, pour les quatre dernières auditions programmées pour les 18, 19, 20 et 21 juillet prochain, nous retrouvons les noms de Eberwein Klaus, Ronsard Saint-Cyr, Castel Charles. Par contre, aucune information n’est fournie sur le nom de l’ancien directeur de FDI que le président Jovenel Moise s’était empressé de remplacer au lendemain de son intronisation au Palais national. La Commission Spéciale d’enquête a prévu de le rencontrer le 19 juillet, parallèlement à la séance d’audition avec les directeurs de BPH (Banque Populaire Haïtienne) en faillite à cause des emprunts non remboursés.

Si une suite utile est donnée à la démarche d’Evallière Beauplan qui a bien pris le soin de le notifier à Youri Latortue, la République en saura peut-être ce qu’il est advenu des fonds de Petro Caribe dont la génération future devrait finaliser le paiement. A l’instar de la République Dominicaine qui dénonce et punit les coupables, corrupteurs et corrompus, les dilapidateurs des fonds du trésor public, serions-nous mêmes à mesure d’en faire autant. Si oui, foncer messieurs les membres de la Commission Spéciale d’Enquête. Si non, épargner à la Nation cette comédie de mauvais goût à l’affiche pour le mois de juillet prochain, car des yeux vous regardent et pensent qu’enfin, les Sénateurs se montrent très utiles à la République.

D’une manière générale, ne pas nous montrer trop sceptique sur la capacité de cette Commission à mener à bien ses travaux de faire luire toute la lumière sur la gestion des fonds de Petro Caribe. On espère que la montagne n’aura pas accouché une souris, encore moins mettant en exergue l’histoire du lièvre et de la tortue.

Publicités