Ce sont les mots exacts de Miguel Vargas Maldonado, ministre dominicain des Affaires Etrangères : « RD veut tripler ses exportations vers Haïti ». « Je suis sûr que sur le plan commercial nous allons tripler la quantité d’exportation qu’il y a actuellement, ce qui profitera aux producteurs nationaux [les dominicains] et les citoyens haïtiens auront accès à des produits moins chers », a déclaré le diplomate.

Santo Domingo, lundi 31 juillet 2017 ((rezonodwes.com)).-Il y a de quoi faire foncer les sourcils des cultivateurs haïtiens en apprenant que les dominicains cherchent à « tripler » leurs exportations en direction de chez nous. La question qu’ils vont se poser: Qui leur donnera cette permission ?

Et quelles seront ces marchandises à exporter, non pas leurs œufs, leurs salamis en tout cas, commente un ancien gradué de l’Université en République Dominicaine interrogé par Rezo Nòdwès.

Dans une des colonnes du journal dominicain Listin Diario, publiées dimanche, Rezo Nòdwès extrait le passage de la déclaration sans équivoque de M. Maldonado à propos d’ Haïti sur le plan politico-commercial. En effet, le ministre des Affaires étrangères Miguel Vargas Maldonado a déclaré que la République dominicaine va tripler les niveaux d’exportation en cours actuellement avec le pays voisin d’Haïti.

Les déclarations de ce haut cadre du gouvernement dominicain arrivent à un moment où l’on bat les grosses caisses en Haïti pour parler de renforcement de la production locale tout en priorisant l’agriculture.

Vargas Maldonado, très sûr de lui, a poursuivi qu’ils sont entrain d’effectuer tous ces grands efforts avec Haïti pour deux raisons. Etablir de bonnes relations avec son voisin, avance-t-il en tout premier lieu, parce qu’il ne faut pas seulement voir les difficultés et les défis, a-t-il enchéri ajoutant mais aussi, les opportunités qui sont présentées et parce que le commerce progresse.

Le diplomate qui est, on ne peut plus clair, a fait savoir qu’il travaille dans l’intérêt de son pays mais n’a à aucun moment mentionné échanges commerciaux entre les deux pays.

M. Maldonado a conclu pour dire qu’il continuera toujours de travailler pour la souveraineté de son pays tout en rappelant et nous citons « mientras mejor esté Haití, mejor vamos a estar nosotros« .

Notons que des produits locaux, entre autres de sacs d’ails , de cigarettes nationales, bière Prestige, rhum Barbancourt font le plus souvent l’objet de saisie une fois ces articles pénétrés sur le territoire dominicain, d’après de nombreux témoignages reçus.

Avoir accès aux produits moins chers, comme l’a souligné le ministre Maldonado, cela signifierait-il que le marché haïtien serait bientôt envahi par des produits dominicains fabriqués spécialement pour les haïtiens, nous posons-nous déjà la question. Nous espérons que « bon marché » ne rimerait pas avec le mot « mauvaise qualité » car tout Aisyen kon’n gou bouch yo.

Publicités