15 octobre 2017, les contingents armés de la MINUSTAH doivent terminer leur retrait d’Haïti.

Derrière eux, les soldats de la mission quittent un bilan controversé fait d’une relative paix sociale couplée au million d’infectés au choléra et aux inconduites sexuelles généralement impunies.

Pour combler le vide, le Ministère de la Défense s’attèle à recamper les Forces Armées d’Haïti. Au-delà de la frontière non plus, le départ des casques bleus ne laisse pas indifférent.

Entre autres, la République Dominicaine a introduit une stratégie de sécurité et de défense, l’installation de caméras aux points stratégiques de la frontière selon le ministre dominicain de la Défense , Dario Paulimo.

Des discussions sont aussi menées avec les chefs de la PNH et de la MINUSTAH annonce M. Paulimo qui a récemment présenté au président Danilo Medina un plan pour renforcer la vigilance et contrecarrer tout débordement venant d’Haïti.

Par ailleurs, le ministre de la Défense d’Haïti visitera la République Dominicaine la semaine prochaine annonce Dario Polimo. Il devra aborder les détails du processus en cours en Haïti avec la fin de la mission de maintien de la paix de l’ONU et les prochaines décisions de l’administration haïtienne.

En avril dernier, le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé, avec sa résolution 2350 (2017), que la mission de la MINUSTAH prendrait fin 15 octobre. Elle évoluera vers une plus petite mission de maintien de la paix appelé MINUJUSTH qui devra « veiller au respect des droits de l’homme » et agir en vertu du Chapitre VII qui prévoit l’usage de la force.

Publicités